Annick Billon, sénatrice de Vendée et présidente de la fédération UDI Vendéerappelle que l’Europe reste une préoccupation forte du parti « et bien que conscients de son fonctionnement imparfait depuis 20 ans, nous défendons plus d’Europe ».

Pour l’UDI, « plutôt que de se focaliser sur les échecs d’une Europe en construction… de nouveaux défis s’ouvrent à nous. Une défense partagée, stratégique et technologique est une réponse pertinente face à des puissances géographiques et économiques qui peuvent se montrer hostiles. » L’UDI Vendée mise sur des harmonisations nécessaires sur des questions comme celles « des travailleurs détachés, l’écologie, la fiscalité… Les problèmes de terrorisme islamique, les migrations… » La présidente vendéenne veut « avancer sur les institutions, privilégier la majorité qualifiée à la règle de l’unanimité ».

Le 15 décembre, les adhérents de l’UDI répondront à la question d’une liste autonome. « Celle-ci paraît probable du fait que les discours de la droite française, représentée par Nicolas Dupont-Aignan et Laurent Wauquiez s’accordent sur un euro-scepticisme incompatible avec notre mouvement. »

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X