La sénatrice Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat, salue la décision du Conseil constitutionnel qui valide le souhait du législateur d’« assurer la sauvegarde de la dignité de la personne humaine » et de priver de profit les réseaux criminels impliqués dans la traite des êtres humains, « dont les personnes prostituées sont, dans leur immense majorité, les victimes », explique la sénatrice UDI. « Stop aux clichés, il n’y a pas de prostitution heureuse », conclut-elle.
Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X