La sénatrice UDI de Vendée, Annick Billon, a participé lundi au vote du projet de loi pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris.

L’élue s’est opposée « aux mesures dérogatoires prévues par le projet de loi, notamment l’article 9, qui visait à habiliter le gouvernement à déroger aux règles applicables aux travaux de restauration de la cathédrale en matière d’urbanisme, d’environnement, de construction et de préservation du patrimoine, de commande publique, de voirie, de transport ou encore de domanialité publique ».

Elle s’est également prononcée contre « la réduction d’impôt sur le revenu de 66 à 75 % pour encourager les dons ». Elle explique : « C’est une mesure injuste qui concerne moins d’un foyer fiscal sur deux. Qui plus est, d’autres monuments historiques français, parfois en péril, ou d’autres nobles causes ne bénéficient pas de cette fiscalité avantageuse ».

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X