Mardi 3 décembre, la sénatrice Annick Billon a interpellé la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, au sujet des Programmes d’actions et de prévention des inondations (PAPI).  La révision des procédures se dispute à la lourdeur des attentes administratives, financières et environnementales. 

La sénatrice a cité l’exemple du syndicat mixte du bassin du Lay.  Malgré l’urgence imposée par la tempête Xynthia, il aura fallu dix années, la ténacité des élus et la dérogation du préfet pour permettre à la commune de La Faute-sur-Mer de réaliser son PAPI.  La sénatrice a rappelé  la nécessité d’acquérir la culture du risque au regard des inondations dans le sud de la France, de l’urbanisation et de la fragilité de certains ouvrages dans le Nord-Vendée .

La ministre suggère  des axes de simplification tant sur les phases d’instruction que de mise en œuvre .

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X