La sénatrice Annick Billon « condamne fermement les actes de violence et de vandalisme commis en marge du rassemblement des gilets jaunes à la Roche-sur-Yon le 9 février ».

Le samedi de contestation, acte XIII, est encore marqué par de nombreux affrontements avec les forces de l’ordre et des dégradations à des bâtiments privés et publics en Vendée (Conseil Départemental, commerces, mobilier urbain…), à Paris et dans de nombreuses villes françaises. La sénatrice considère que « les actes à répétition fragilisent l’économie locale et les emplois ».

Les casseurs détournent la contestation des Gilets Jaunes avec des scènes de guérilla urbaine, « les revendications parfois légitimes ne doivent pas être prises en otage par la violence ». Pour preuve, l’attentat au domicile de Richard Ferrand, que la sénatrice condamne également fermement, est associé au mouvement des Gilets Jaunes alors même qu’il n’a pas été revendiqué à ce jour.

« Les manifestants doivent écouter et entendre les appels au calme » et s’inscrire dans le dialogue proposé par le président Emmanuel Macron. Annick Billon veut croire que « le Grand Débat National soit une piste pour travailler ensemble et trouver des solutions satisfaisantes. »

La sénatrice rappelle son respect et son soutien aux forces de sécurité et de l’ordre, mobilisées depuis des mois pour faire face à la violence et lutter contre le terrorisme.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X