La sénatrice Annick Billon appelle au calme et à la raison en ce samedi de mobilisation à l’initiative du mouvement Gilets Jaunes. La sénatrice dénonce fermement les appels à porter atteinte à l’intégrité physique des représentants de l’État, des forces de police et de sécurité, comme à dégrader les bâtiments publics, « La violence n’est pas une réponse pour se faire entendre ». 

La sénatrice reconnaît cependant que le mouvement de contestation initial ne doit pas être associé aux actions des casseurs qui s’appuient sur la mobilisation pour commettre des actes d’une violence extrême. La Vendée n’est pas épargnée : Feux de voiture, caillassage des forces de l’ordre, menaces au Préfet… « Je souhaite que toutes les personnes en responsabilité s’unissent pour s’élever contre les violences. Les manifestations doivent se dérouler sans mettre en danger les personnes et les biens. Les valeurs républicaines et la démocratie doivent être préservées. »

« Des réformes s’imposaient mais la méthode n’y est pas »

Annick Billon rappelle que des réformes majeures et nécessaires figuraient au programme de tous les candidats à la présidentielle et que nous payons aujourd’hui le renoncement des précédents gouvernements à réformer la France. 

La sénatrice affirme que nos institutions sont solides et que la loi doit se construire au sein du Parlement. « Parce que La République en Marche dispose d’une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale, elle se doit d’écouter plus que jamais les corps intermédiaires, dont fait partie le Sénat. Les réformes ne peuvent se faire contre mais doivent se penser avec les français. »

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X