La sénatrice Annick Billon a accueilli avec enthousiasme l’annonce du Gouvernement,  le 7 mai 2020, en faveur de l’ouverture des plages. « J’ai porté cette demande au Sénat et dans les ministères, je remercie le gouvernement pour cette tolérance attendue. J’appelle le préfet à répondre favorablement aux demandes des maires et permettre à nos concitoyens de profiter à nouveau de leur jardin maritime ».

La sénatrice est convaincue que la mobilisation des élus et de l’opinion a fait bouger les lignes. « L’interdiction des plages, des forêts et de l’océan était considérée comme abusive et difficilement gérable. Il n’était pas cohérent d’autoriser la plaisance dès le 11 mai et de maintenir les plages fermées jusqu’au 1er juin, voire ultérieurement ». Pour de nombreux élus, l’accès à ces grands espaces par les « locaux » permettra d’affiner les procédures, si nécessaire, avant l’arrivée des visiteurs extérieurs.

Après l’annonce, le 28 avril, du maintien de la fermeture des plages malgré le déconfinement, la sénatrice a interpellé par courrier la ministre des sports et le Premier ministre. Ce mardi 5 mai, avec son collègue Bruno Retailleau, elle a adressé un nouveau courrier, cosigné par plusieurs sénateurs et des maires de communes littorales françaises (dont une grande majorité des communes littorales de Vendée), pour défendre le concept de plage dynamique. Par ailleurs, un amendement au projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, déposé par la sénatrice, était adopté en séance au Sénat. Celui-ci prévoyait que, « dès la publication de la présente loi, un décret devra définir les conditions dans lesquelles les plages et les forêts sont ouvertes au public pour la pratique d’une activité sportive individuelle ».

« Faisons confiance au couple maire-préfet pour l'ouverture des plages en toute responsabilité, comme ce fut le cas pour les marchés ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X