La sénatrice Annick Billon a appris avec consternation le refus de construire une nouvelle prison en Vendée. « Nous avions obtenu la garantie que la Vendée serait dotée d’un nouvel établissement pénitentiaire, seul restait à définir le lieu de son implantation. Cette décision prive la Vendée d’une structure nécessaire et attendue par le personnel pénitentiaire et les détenus. Il n’est pas acceptable que ces hommes et femmes continuent à travailler et vivre dans des bâtiments vétustes et inadaptés, à subir la surpopulation carcérale. La dynamique démographique de la Vendée nécessite des investissements adaptés, les engagements pris doivent être tenus. Après l’abandon de l’A831, la Vendée subit la double peine, le renoncement à des projets essentiels en faveur de l’aménagement et de l’égalité dans les territoires ».

En fin d’année 2016, la sénatrice a visité les maisons d’arrêt de La-Roche-sur-Yon et Fontenay-le-Comte. Ses propos d’alors font écho à la décision contestable du gouvernement : « Mes visites aux 2 Maisons d’arrêt de notre département ont confirmé les positions que j’ai souvent défendues au Sénat lors des débats sur l’état du milieu carcéral et les budgets à mettre en œuvre pour les améliorer. Si l’on veut que le personnel pénitentiaire ait des conditions de travail favorables pour accomplir leur tâche, si l’on veut que la Justice puisse sanctionner, si l’on veut que les détenus puissent accomplir leur peine au regard de la Société tout en envisageant une réinsertion réduisant la récidive, si l’on veut éviter les tensions et les violences, alors, et je l’ai maintes fois réclamé avec mes collègues parlementaires de notre département auprès du Ministre de la Justice, il est indispensable de remédier à la surpopulation carcérale chroniqueLe sénat s’est toujours impliqué pour la dignité humaine, en dénonçant l’état des prisons françaises : Une humiliation pour la République.L’annonce dans le plan prison de la construction d’un établissement pénitentiaire de 250/300 places en Vendée est une bonne réponse. Où ? Je pense qu’il ne faut pas opposer une ville à une autre, il appartient aux élus départementaux d’en débattre en prenant en compte les besoins des professions magistrats, avocats,... en intégrant ce projet dans un plan harmonieux d’aménagement du territoire, sans éluder les aspects économiques et les retombées en matière d’emploi ».

La sénatrice Annick Billon attend des annonces fortesqui permettront d’expliquer l’abandon du projet d’une nouvelle prison en Vendée, « Il semble que des rénovations sont envisagées dans les deux établissements, c’est bien le moins que nous sommes en droit d’attendre mais cela ne résoudra pas le problème de la surpopulation carcérale. »

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X