La sénatrice Annick Billon se félicite "qu’un certain nombre de propositions portées par l’UDI en faveur du pouvoir d’achat (annulation de la hausse de la CSG pour les petites retraites, défiscalisation des heures supplémentaires etc.) aient été reprises par le Président". Les modalités d’application et les bénéficiaires effectifs doivent cependant être précisés, particulièrement concernant la hausse des salaires des travailleurs au smic.

La sénatrice sera par ailleurs vigilante à ce que les paroles à l’adresse des maires et des élus locaux, trop longtemps ignorés, ne demeurent pas lettre morte.

"Si j'ai  conscience que ces mesures ne sauraient satisfaire l’intégralité d’un mouvement, dont l’originalité tient en ce qu’il rassemble des revendications très hétérogènes voire parfois contradictoires,  j'espère  cependant que cette allocution marquera un départ vers le dialogue et permettra de retisser du lien national, car l’urgence est désormais de  faire cesser les violences". 

Enfin, Annick Billon souligne que la question du financement des mesures reste posée. Elles se chiffrent entre 8 milliards et 15 milliards d’euros, selon la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X