La sénatrice Annick Billon regrette qu’un parti anti-européen arrive à nouveau en tête des suffrages lors des élections européennes, « nous faisons partie des rares pays de l’Europe Occidentale où l’extrême-droite n’est pas freinée ».

Annick Billon a personnellement soutenu la liste Les Européens, porteuse d’un véritable projet pro-Europe, emmenée par Jean-Christophe Lagarde, « forcément déçue par le score, même s’il est quasiment deux fois supérieur à ce que les sondages annonçaient depuis des semaines ». En Vendée, la liste réalise un score supérieur à la moyenne nationale, avec plus de 3 %.

La sénatrice considère par ailleurs que « les électeurs se sont retrouvés enfermés dans le match retour des élections présidentielles. L’Europe n’a pas forcément été au centre des suffrages. » 

Elle note la baisse de l’abstention même si « celle-ci demeure toujours trop élevée, 1 électeur sur 2 ne s’est pas déplacé ». La sénatrice regrette le nombre trop important de listes « qui a rendu le débat inaudible pour les français ». Elle préconiserait des conditions pour accéder au dépôt d’une liste afin d’y remédier.

Elle constate la percée dans de nombreux pays, dont la France, des candidats écologistes, « nous devons entendre cet appel, notamment celui des jeunes toujours plus concernés par l’urgence environnementale ».

Annick Billon ajoute : « les députés français pro-européens seront majoritaires mais la France ressort affaiblie. En effet, la dilution des élus au sein des groupes dans lesquels ils vont siéger les rendra minoritaires».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X