La sénatrice Annick Billon s’élève contre le projet de fermeture d’une classe à l’école de la Pironnière, aux Sables d’Olonne. « J’ai voté la loi École de la confiance. Je partage les notions qui visent à une meilleure réussite de nos enfants. Cette loi ne doit pas être un affichage de bonnes volontés, elle doit se concrétiser dans les territoires et autrement qu’en fermant et surchargeant des classes ».

La sénatrice s’est rendue ce vendredi 14 juin à l’école de la Pironnière « avant tout pour écouter » la directrice Katia Cardellini, les personnels enseignants, des parents d’élèves et des élèves. Les parents d’élèves dénoncent la fermeture d’une classe dans « leur » école. Cette décision ne tiendrait pas compte des efforts pédagogiques particuliers consentis par les professeurs pour une meilleure intégration des enfants en difficulté et en situation de handicap. La directrice déplore également que la Vendée soit désavantagée par rapport à d’autres départements ligériens. Elle précise que le comptage effectué le 24 mai n’est plus d’actualité du fait de 11 nouvelles inscriptions et que le recensement n’intègre pas tous les élèves de toute petite section ou les enfants de migrants accueillis chaque année.

Annick Billon consent que « nous demandons à l’État de faire des économies mais elles ne doivent pas se faire au détriment de l’éducation des citoyens de demain ». La sénatrice interpellera le ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer sur cette fermeture annoncée et adressera un courrier au rectorat dans les prochains jours.

« Comme je l’ai fait l’an dernier », la sénatrice Annick Billon s’engage à mettre toute son énergie pour les écoles de Vendée confrontées à des situations similaires.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X