La sénatrice Annick Billon continue de défendre une justice de proximité, «je me suis déjà engagée pour le maintien d’une juridiction de plein exercice aux Sables d’Olonne. S’il n’y a plus de justice de proximité, il n’y a plus de ciment de la démocratie ».

Elle comprend les inquiétudes des professionnels au regard du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice et s’oppose à ce que « la Cour d’Appel constitue l’entité territoriale au détriment du département. Les vendéens ont le droit d’être jugé en Vendée, à La Roche-sur-Yon, aux Sables d’Olonne et à Fontenay-le-Comte ».

Par ailleurs, la sénatrice redoute que la concentration et la spécialisation des tribunaux, la dématérialisation des procédures contribuent à la délocalisation d’une justice citoyenne.

Lors de son allocution du lundi 14 janvier avec le bâtonnier de La Roche-sur-Yon François-Hugues Cirier, Annick Billon a partagé la volonté du barreau d’arrêter l’examen du projet de loi et d’inscrire la réforme de la justice dans le grand débat national qui s’ouvre actuellement. Pour reprendre les termes du Conseil National des Barreaux, la sénatrice souhaite que soit préservée « Une justice pour tous, avec tous, partout ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X