La sénatrice Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes, a organisé ce lundi 9 mars, au lendemain de la journée internationale du droit des femmes, une table-ronde à laquelle était convié l’ensemble des acteurs[1] impliqués dans le Grenelle des violences faites aux femmes.

La sénatrice a apprécié « la qualité des échanges et l’écoute entre des services qui sont amenés à travailler ensemble autour d’une cause commune. Le Grenelle a déjà permis une meilleure coordination des multiples acteurs mais des axes d’amélioration demeurent. L’octroi de moyens suffisants aujourd’hui est la condition pour sauver des vies demain et sera source d’économies ».

15 sénatrices et sénateurs, membres de la délégation aux droits des femmes, vont organiser dans les semaines à venir une table-ronde similaire dans leurs départements respectifs. L’ambition de la délégation est de faire un tour d’horizon de l’application des mesures découlant du Grenelle des violences faites aux femmes. La rédaction d’un rapport synthétisera les travaux de la délégation autour de ce sujet.

[1] Ont participé à la table-ronde : Gendarmerie nationale, Police nationale, UDAF, CIDFF, Stop aux violences sexuelles 85, SOS Femmes Vendée, CPAM, CLSPD La Roche-sur-Yon, CLSPD Luçon, CLSPD Fontenay-le-Comte, Barreau de la Roche-sur-Yon, Barreau des Sables d’Olonne, Défenseur des Droits, CHD La Roche-sur-Yon, AREAMS, CAF. La Préfecture, la procureure de la République et l’inspection académique se sont excusées pour cause de réserve électorale.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X