Jeudi 14 mars, à l’initiative de la Vendéenne Annick Billon (UDI), de Maryvonne Blondin (PS) et de Marta de Cidrac (LR), le Sénat a adopté une résolution visant à soutenir la lutte contre les mariages des enfants, les grossesses précoces et les mutilations sexuelles féminines.

Pour Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat, « c’est un signal fort contre des pratiques barbares que ne saurait justifier aucune tradition. »

« Ce texte, cosigné par plus de 110 sénateurs et sénatrices, de sensibilités politiques diverses, fait après les travaux entrepris par la délégation aux droits des femmes du Sénat depuis 2018 sur ces questions », explique Annick Billon.

« Je me félicite que le Sénat, par le nombre des cosignataires de ce texte et par son vote à l’unanimité (343 votants, 343 votes pour), ait manifesté son engagement clair sur ces sujets dramatiques », poursuit Annick Billon.

« Je souhaite que l’annonce récente, faite par la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, d’un plan pour éradiquer l’excision s’inspire de nos propositions ».

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X