La sénatrice Annick Billon (Union centriste Vendée), présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat, a posé une question écrite à la ministre des Solidarités et de la Santé demandant l’ouverture de nouveaux postes d’internes pour la formation de gynécologues médicaux.

Son communiqué relève une densité moyenne tombée en 2019 à trois gynécologues pour 100 000 femmes. En Vendée leur nombre est passé de dix en 2008 à cinq en 2018.

L’élue attend que des mesures concrètes puissent être prises par le gouvernement. Dans le cadre de l’examen du projet de loi Santé au Sénat, Annick Billon organise un colloque jeudi 16 mai en Vendée sur la problématique de l’accès aux soins.

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X