Patron du parti centriste l’UDI, Jean-Christophe Lagarde est premier candidat de la liste UDI- Les Européens aux élections européennes. Il était hier en campagne aux Sables-d’Olonne.

Européen convaincu

« Je suis quand même le seul responsable de parti à être candidat (aux élections européennes) », fait remarquer Jean-Christophe Lagarde aux journalistes vendéens à l’issue de deux heures de discussion avec des professionnels de la filière pêche. Le patron du parti centriste l’UDI a pris la tête de la liste UDI-Les Européens, candidate aux élections européennes du dimanche 26 mai 2019. « Je n’ai pas besoin de devenir député européen. J’y vais parce que je pense que c’est important », se défend le candidat devant les professionnels de la pêche.

« Il est temps d’envoyer à l’Europe des gens qui croient vraiment à l’Europe », martèle la sénatrice UDI Annick Billon en guise de conclusion de la rencontre. 

Brexit

La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne inquiète la filière pêche au plus haut point. Ce que craignent les professionnels du secteur : ne plus avoir accès à la zone maritime britannique.

Jean-Christophe Lagarde, qui était à Boulogne-sur-Mer il y a quelques jours, compatit : « À Boulogne, en cas de Brexit dur, c’est la fermeture complète de l’activité. » Il plaide pour un rapport de force avec les Anglais sur le sujet : « Le truc à faire, il est très simple : si leurs eaux territoriales ne nous sont plus accessibles : leurs avions ne peuvent pas voler en Europe. En clair, ça veut dire qu’Easyjet disparaît. » Les responsables de la filière pêche opinent du chef.

Moins de normes

« Il nous faut une pause réglementaire, plaide Jacques Debrevelec, directeur de l’armement coopératif Acav. Ça déferle depuis deux, trois, quatre ans… » « Il faut dissocier les normes françaises des normes européennes », répond Jean-Christophe Lagarde qui se dit opposé à voter au Parlement français (il est actuellement député à l’Assemblée nationale) des normes françaises qui viennent corriger des normes européennes. 

Dialogue de spécialistes

Brexit, excès de normes, contrôles des bateaux qui battent pavillon étranger et même échouages massifs de dauphins, visite d’Ocea après le dialogue avec la filière pêche… Les sujets sont pointus.

En Vendée, Jean-Christophe Lagarde a choisi de faire campagne auprès de professionnels qui pratiquent l’Europe au quotidien, plutôt qu’auprès du grand public. Un choix qu’il assume. « Parce que oui, en ce moment, je n’ai pas l’impression que les élections européennes soient dans la tête de grand monde. La maison Europe est en train de brûler et on regarde les ronds-points… »

Céline BARDY.

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X