La présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat Annick Billon prend acte de l’annonce de la Ministre déléguée chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes réservant l’attribution de l’appel d’offre du 3919 - ligne d’écoute dédiée aux femmes victimes de violences- aux acteurs de l’économie sociale et solidaire.

 

Cette décision fait écho aux inquiétudes manifestées par la délégation suite à l’annonce du passage en « marché public » du 3919. Inquiétudes relayées auprès de la Ministre au travers de nombreuses questions écrites et lors de son audition par la délégation le 5 novembre 2020.

« Je me félicite que nous ayons été entendus et que la logique de rentabilité économique ne prime pas sur la protection effective des femmes. Cette ligne d’écoute remplit une mission d’intérêt général » a rappelé Annick Billon.

 

La présidente avait en effet fait valoir l’incompatibilité d’une mise en concurrence des missions assurées par les écoutants.

Elle espère ainsi que cette décision permettra de renouveler la confiance envers les structures s’étant déjà illustrées dans leur capacité à traiter, avec une considération et un professionnalisme sans faille, les appels des femmes victimes.

 

Dès le début du premier confinement, la délégation s’est alarmée d’un risque d’aggravation des violences faites aux femmes et aux enfants enfermés dans un foyer violent.  Le nombre de signalements par les proches des victimes a fortement augmenté pendant cette période et avec lui les appels au 3919.

Pour Annick Billon, le recours accru au 3919 marque une évolution qu’il faut saluer « Nous sommes tous et toutes concernés : ce message est passé ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X