Dans un courrier du 3 décembre 2020 cosigné par 97 sénateurs de tous bords politiques, la sénatrice Annick Billon (UC-Vendée) demande au Président de la République d’avancer la réouverture des universités au début du mois de janvier 2021.

Absents des bancs des universités depuis plusieurs mois et contraints de faire cours à distance, Annick Billon s’inquiète des répercussions du confinement sur la santé et la réussite des quelques 2 millions d’étudiants.  

« L’isolement d’un pan entier de la jeunesse causera des ravages dont nous ne mesurons pas encore les effets ». Le préjudice sera d’autant plus redoutable que la crise sanitaire a accentué la précarisation économique d’un grand nombre de jeunes et surtout des plus modestes.

Elle a souhaité rappeler que la réouverture des universités est un prérequis pour faire obstacle à l’échec scolaire de jeunes en perte de repères et de motivation et dénonce une décision incompréhensible « quand une grande partie des entreprises accueillent de nouveau leurs salariés, que les commerces et les lieux de cultes sont ouverts, que les salles de spectacles ou les cinémas recevront du public à partir du 15 décembre ».

Elle appelle le Président à faire confiance aux universités pour mettre en place les restrictions sanitaires idoines, comme cela est déjà le cas dans l’enseignement primaire et secondaire : « les universités sont suffisamment autonomes et responsables pour jauger l’accueil de leurs étudiants dans des conditions optimales » a-t-elle conclu.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X