La sénatrice Annick Billon déplore l’annonce « violente », faite ce jeudi 10 octobre, de fermer l’usine Michelin de la Roche-sur-Yon, « malheureusement prévisible malgré les annonces rassurantes de la direction depuis plusieurs mois ».

En contact régulier avec la direction locale et nationale du manufacturier et des syndicats du site yonnais, la sénatrice entend la détresse des salariés, « ce sont 619 projets de vie qui sont remis en question en une journée ». Dans la mesure où la fermeture serait inéluctable, « je veillerai au respect des engagements de la direction Michelin énoncés devant les élus de Vendée en termes d’indemnisation, de reclassement en interne, de formation, d’accompagnement en externe ». Elle a bien noté que la direction Michelin s’est engagée à indemniser également un salarié qui trouverait un nouvel emploi avant la fermeture du site.

La sénatrice concède que « la direction Michelin n’entend pas se soustraire à ses obligations légales et sociales mais cela demeure, ce jour, une compensation relative au regard de la violence de l’annonce de la fermeture du site ».

La sénatrice rencontrera plusieurs responsables syndicaux ce vendredi 11 octobre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X