La Présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat (UC-Vendée) salue l’adoption au Sénat, le 29 juin 2020, de la proposition de loi visant à assurer la revalorisation des pensions de retraite agricoles en France continentale et dans les outre-mer : « Ce texte marque un progrès indéniable. Les faibles retraites des agriculteurs et des agricultrices constituent un problème majeur, une injustice criante. » Elle regrette toutefois que la proposition de loi ne traite aucune des difficultés spécifiques des agricultrices « ce texte ne prend pas en compte les conjoints collaborateurs et les aidants familiaux, souvent des femmes aux faibles pensions ».
Le 5 juillet 2017, la délégation aux droits des femmes du Sénat adoptait un rapport intitulé Femmes et agriculture : pour l’égalité dans les territoires. L’une des principales recommandations portait précisément sur la revalorisation des retraites agricoles, hommes et femmes confondus, en modifiant la base de calcul des retraites agricoles pour ne retenir que les 25 meilleurs années.
Pour Annick Billon il sera désormais question de « remettre l’ouvrage sur le métier, en prenant en compte trois dimensions : un meilleur encadrement, notamment dans le temps, du statut de conjoint collaborateur ; des mesures spécifiques aux agricultrices, que ce soit en termes de compensation des conséquences de leurs maternités sur leur retraite ou en termes de meilleur lissage de la carrière.enfin, et c’est là le point le plus crucial, une revalorisation du revenu agricole ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X