La sénatrice Annick Billon alerte le ministre de l’économie des finances et de la relance sur la situation des exploitant de boîtes de nuit.

Cela fait un an que les discothèques sont fermées sans perspective claire de réouverture. Aussi, 2021 risque d’être une nouvelle année où ces établissements de nuit ne pourront pas réouvrir et où les patrons et salariés seront privés du droit de travailler. Une telle situation n’est tout simplement pas tenable pour les entreprises et les chefs d’entreprises, et c’est la survie d’entrepreneurs et de leur famille qui est en question.

Les échanges réguliers avec le Gouvernement et l’implication des élus aura permis d’obtenir de la considération, une compensation financière à partir du mois juillet 2020 à hauteur de 15 000 euros par mois. Pour le mois de décembre ces établissements ont été intégrés dans les même mesures de soutien économique que les cafés et les restaurants.

Mais cette mise sous perfusion, qui n’a déjà que trop duré, ne saurait être une solution pérenne.

Aussi, il est temps de proposer aux exploitants des boîtes de nuit de vraies perspectives, que même une réouverture ne pourra à présent pas apporter.

C’est pourquoi elle lui de demande que soit étudiée la possibilité d’une indemnisation de ces fonds de commerce qui s’inscrirait dans un plan de transformation de ces entreprises, et qui permettrait ainsi aux chefs d’entreprises de préparer l’avenir, de se réinventer et de participer à l’économie du pays.



lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X