Mme Annick Billon attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur la question du harcèlement à l'école. 
Le fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), qui a publié en novembre 2018 les résultats de sa consultation sur le harcèlement scolaire, révèle qu'un tiers des enfants interrogés déclarent subir régulièrement des attaques verbales ou physiques de la part d'autres enfants au sein de leur établissement scolaire. Il est par ailleurs particulièrement inquiétant de constater que le harcèlement scolaire peut intervenir très précocement, puisque, toujours selon l'UNICEF, 47 % des enfants en cours préparatoire en font l'expérience. 
Il est bien connu que les conséquences du harcèlement scolaire peuvent être très graves sur nos enfants et laisser des séquelles à vie. La violence à l'école, qu'elle prenne la forme du harcèlement, du harcèlement sexuel ou du châtiment corporel, est malheureusement tellement répandue qu'elle semble inévitable. Or, aucun enfant ne devrait avoir peur d'aller à l'école et il est indispensable que l'école puisse être un espace où chaque élève apprend et grandit en sécurité. 
Aussi souhaiterait-elle savoir quelles sont les politiques publiques mises en place par le Gouvernement pour lutter contre ce fléau, et quel est le cadre d'accueil médical et psychologique prévu au sein des établissements scolaires pour prendre en charge les enfants victimes.

En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse



lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X