Mme Annick Billon attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur le choix trop restreint de spécialités proposées dans l'enseignement agricole.

La réforme du baccalauréat a permis de regrouper les filières scientifique (S), économique et sociale (ES) et littéraire (L). Ainsi, les élèves issus des filières générales pourront désormais choisir, parmi douze enseignements proposés, trois spécialités en première puis deux en terminale.
Cependant, parmi ces douze enseignements, les lycées agricoles ne peuvent, quant à eux, n'en proposer que trois : les mathématiques, la physique-chimie ainsi que la biologie-écologie.
Or, une telle restriction risque d'accroître la déperdition d'élèves s'orientant vers les filières agricoles et, à terme, mettre en danger l'existence même de celles-ci. En effet, de nombreux jeunes incertains quant à leur orientation - et ils représentent 50 % des élèves détenteurs d'un baccalauréat - préféreront s'orienter vers des filières proposant un plus large choix d‘enseignements. Sans pour autant réclamer le même nombre de choix de disciplines, les lycées agricoles souhaiteraient, a minima, donner la possibilité à leurs étudiants de suivre des enseignements tels que « les sciences économiques et sociales » ou encore « le numérique et sciences informatiques », qui s'inscrivent en totale cohérence avec la révolution technologique du monde agricole et des métiers de l'agriculture de demain. L'enseignement agricole, contrairement aux idées reçues, n'a pas uniquement pour vocation de former des agriculteurs et des éleveurs, mais d'ouvrir la voie à une pluralité de métier.
Aussi, elle lui demande de bien vouloir reconsidérer cette mesure en permettant aux étudiants s'orientant vers l'enseignement agricole d'avoir accès à un plus large panel de spécialités.

 


 

Réponse de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation
À publier le : 19/12/2019, page 6243

Texte de la réponse : Le baccalauréat général délivré jusqu'à la session d'examen de 2020 par les lycées de l'enseignement agricole est de la série scientifique avec un enseignement spécifique en année de première et de terminale et un enseignement de spécialité en année de terminale intitulés « Écologie, agronomie et territoires ». L'objectif de la série S du baccalauréat général spécialité « Écologie, agronomie et territoires » est la poursuite d'études supérieures, dans l'enseignement supérieur scientifique (license-master-doctorat, brevet de technicien supérieur, diplôme universitaire de technologie) et particulièrement dans l'enseignement supérieur agricole (écoles vétérinaires, écoles d'ingénieur agronome, brevet de technicien supérieur agricole). La réforme « Bac 2021 » prévoit une nouvelle architecture des enseignements du baccalauréat général délivré à compter de la session 2021. Celui-ci ne comporte plus de série. Les enseignements du cycle terminal (classes de première et de terminale) sont constitués d'enseignements communs pour tous les élèves et d'enseignements de spécialité choisis par les élèves en fonction de leur projet. Trois enseignements de spécialité seront suivis par les élèves en classe de première et deux en terminale (choisis parmi les trois suivis en classe de première). Le triptyque constitué des enseignements de spécialité de mathématiques, physique chimie et biologie écologie, pour l'année de première, correspond au schéma pédagogique le plus équilibré pour remplacer le baccalauréat général série scientifique actuellement délivré par les établissements de l'enseignement agricole pour le même type de poursuite d'études vers l'enseignement supérieur scientifique long. La possibilité qu'un élève suive un enseignement de spécialité autre que ceux proposés dans son établissement existe. Les facteurs déterminants qui attirent les familles et leurs enfants vers le baccalauréat général de l'enseignement agricole sont en particulier l'environnement studieux et agréable des établissements, en général de petite taille, les effectifs raisonnables dans ces classes, les internats, la qualité des résultats aux examens et l'enseignement de spécialité biologie écologie, retenu comme spécifique de l'enseignement agricole. Choisir cet enseignement de spécialité, combiné en classe de première aux enseignements de spécialité mathématiques et physique chimie, permet l'acquisition de connaissances scientifiques de haut niveau. De plus, l'enseignement agricole offre la possibilité de suivre l'enseignement optionnel « Écologie agronomie, territoire et développement durable », en classe de seconde. Cette invitation à la découverte des sciences de l'environnement permet de s'initier aux sciences biologiques, aux méthodes de production, à l'écologie, mais aussi à la compréhension des territoires. Cet enseignement peut être poursuivi en première et en terminale générales par le choix de l'enseignement optionnel « agronomie-économie-territoires ».



lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X