Mme Annick Billon alerte M. le ministre de l'intérieur sur la situation des salariés d'entreprises de sécurité privée. 
Les 3 500 entreprises et 180 000 agents de sécurité sont mobilisés depuis près d'un mois sur tout le territoire afin d'assurer la sécurisation des sites, activités et entreprises toujours ouverts ou fermés mais nécessitant une sécurisation minimum. 
Ces entreprises, dont les salariés font preuve d'abnégation, de disponibilité et d'adaptation doivent faire face à une pénurie d'équipements de protection. 
Or, le secteur de la sécurité privée assure aujourd'hui de façon exemplaire le continuum public-privé voulu par les pouvoirs publics et contribue à soulager nos forces de sécurité publique. 
Cependant, le secteur n'est pas considéré comme étant prioritaire alors que ses agents son particulièrement exposés et œuvrent quotidiennement aux côtés de personnes qui sont dotées de protections idoines (commerces, établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, hôpitaux). 
C'est pourquoi elle lui demande si des mesures ont été prises par le Gouvernement afin d'assurer l'approvisionnement en matériel de protection à destination des entreprises de sécurité privée, en première ligne également durant cette crise sanitaire.

En attente de réponse du Ministère de l'intérieur



lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X