La sénatrice Annick Billon a interpellé le 25 janvier dernier la secrétaire d'État chargée de la Biodiversité Bérangère Abba sur le financement du projet Jourdain.

Porté par Vendée Eau, ce projet vise à récupérer les eaux usées pour les réinjecter, au terme d'un processus expérimental et novateur, dans le cycle de l'eau potable.

Oratrice du groupe Union Centriste dans le cadre d'un débat sur l'Agence de l'Eau, la sénatrice a demandé au gouvernement de s'engager financièrement dans le projet.

La secrétaire d'État a confirmé « l'intérêt et le soutien de l'État et du gouvernement sur ce projet. Le conseil d'administration et la commission d'intervention de l'Agence de l'Eau ont ce dossier entre les mains […] Tous les partenaires semblent décidés à soutenir ce projet jusqu'au bout ».

Une solution pour l'accès à l'eau potable

La sénatrice se félicite dans un communiqué de l'engagement pris par la secrétaire d'État en faveur de cette expérimentation unique en Europe.

Pour rappel, le projet Jourdain permet que les eaux usées ne soient plus rejetées à la mer mais alimentent le circuit d'eau potable.

« Il constitue une réponse crédible au stress hydrique en Vendée et sur les territoires littoraux. Reproductible, cette expérimentation mérite d'être menée à son terme pour un enjeu d'accès à l'eau potable qui ne cessera de s'amplifier avec le réchauffement climatique », rappelle la sénatrice.

Les eaux traitées seront réin-jectées dans la retenue du Jaunay à partir de 2024.. Ensuite, durant trois ans, les différents impacts (environnementaux, sanitaires et sociaux) seront évalués avant que le bilan de toute cette expérimentation ne soit présenté en 2027.

par Franck Hermel
Journal des Sables

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X