De son côté, la sénatrice centriste de Vendée Annick Billon déplore « l’impressionnante désertion des électeurs. Notre démocratie est malade. Il n’est plus possible de s’émouvoir du taux d’abstention uniquement lors des résultats, une réforme du code électoral s’impose ».L’élue explique au conditionnel cette abstention par « ​la levée du confinement, l’aspiration à prendre l’air ». Une attitude que l’élue juge « paradoxale car la première des libertés réside dans la démocratie. Le droit de vote est un devoir de liberté ».

Par ailleurs, « les problèmes liés à la distribution des professions de foi n’ont pas favorisé la mobilisation des électeurs qui, trop souvent, méconnaissent les rôles des conseils départementaux et régionaux ».  Annick Billon se réjouit cependant que « la Vendée résiste au Rassemblement National. Les forces de la droite et du centre sont plébiscitées, c’est la reconnaissance du travail accompli et d’un programme cohérent ».

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X