La sénatrice UDI (Union des démocrates et indépendants) de Vendée, Annick Billon, déplore : « Nous avons dû voter dans l’extrême urgence et en procédure accélérée un texte comportant des mesures réputées acquises depuis les annonces faites le 12 juillet par le Président de la République. L’atteinte à des libertés fondamentales aurait justifié le temps de la réflexion. La situation sanitaire actuelle ne peut tolérer ce déni de démocratie et j’ai d’ailleurs signé la saisine du conseil constitutionnel, à l’initiative des deux présidents de la majorité sénatoriale, visant à s’assurer de la conformité du texte avec notre constitution. » Pour la sénatrice, « les sénateurs ont apporté une modération attendue, un équilibre entre la préservation des libertés et la maîtrise de la propagation du virus. Les mesures de licenciement, le passe sanitaire dans les centres commerciaux, les sanctions contre les cafés et restaurants font partie des mesures disproportionnées que nous avons su corriger. »

L’élue conclut :« Je considère que le texte adopté avec la modération du Sénat est adapté à la situation sanitaire actuelle. Je reste cependant réservée sur la capacité de cette loi à être respectée et mise en œuvre, sur la validité de ces nouvelles contraintes dans la durée. Prudence et humilité s’imposent face à la Covid-19 et ses nombreux variants. »

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X