« En 2022, les femmes n’occupent encore qu’un tiers des postes à responsabilité au sein de la fonction publique, alors même qu’elles représentent près des deux tiers des effectifs », écrivent les sénatrices Martine Filleul (Socialiste, Écologiste et Républicain) et Dominique Vérien (Union Centriste), rapporteures de la délégation aux droits des femmes du Sénat, dans un rapport intitulé « Parité dans la haute fonction publique : changer de braquet dix ans après la loi Sauvadet ».

Lundi 14 novembre, la sénatrice vendéenne Annick Billon (UDI), qui préside la délégation, a déposé avec ces deux sénatrices une proposition de loi pour « renforcer l’accès des femmes aux responsabilités dans la fonction publique », notamment par un relèvement et un élargissement du périmètre des quotas.

« Dans la fonction publique comme dans le secteur privé, la contrainte s’avère être l’alternative la plus pertinente pour permettre à des femmes d’exprimer leurs compétences », commente Annick Billon, dans un communiqué de presse.

Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X