La sénatrice UDI de Vendée Annick Billon s’inquiète du sort des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). « Ils représentent un maillon essentiel de l’école inclusive », indique l’élue qui estime qu’ils « méritent une meilleure considération humaine comme salariale ». Annick Billon rappelle qu’elle a adressé une question écrite au ministre de l’Éducation nationale à ce sujet. Elle réclame « plus de moyens en faveur des élèves porteurs d’un handicap et d’augmenter le nombre d’AESH […] ». Selon la sénatrice, « les pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) ne sont pas une solution. Cet accompagnement mutualisé représente plus une compensation a minima qu’une alternative pertinente ».
Ouest France

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X