La sénatrice Annick Billon a adressé ce jour un courrier au ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran pour réclamer l’octroi d’une réserve sanitaire en Vendée. « La démographie médicale de notre département est inquiétante, le seuil critique est même dépassé concernant les médecins urgentistes et cela conduit à la fermeture temporaire de services d’Urgences. Cette situation n’est pas acceptable ».

La Vendée compte 1 médecin urgentiste pour 5 933 passages aux Urgences. En comparaison, les Pays de la Loire en dénombre 3 336 quand la moyenne nationale se situe à 2 619 passages pour un médecin urgentiste. La proportion de citoyens âgés de plus de 60 ans, bien supérieure à la moyenne nationale, ajoute à la radiographie alarmiste de la situation dans notre département de la Vendée.

La Réserve sanitaire est la réserve du ministère de la Santé. Regroupant des professionnels de tous les métiers du secteur de la santé, salariés, libéraux ou retraités, elle est mobilisée par les autorités lorsqu’une situation sanitaire exceptionnelle nécessite l’envoi de renforts. « À l’instar de la Mayenne qui en bénéficie depuis le 1er novembre 2021, je demande la mobilisation de médecins urgentistes en Vendée pour permettre d’assurer un service continu dans nos hôpitaux, prioritairement à Luçon, Montaigu-Vendée et aux Sables d’Olonne ».

Après avoir participé à une journée de mobilisation (vendredi 9 juillet), la sénatrice a reçu ce vendredi 29 octobre des membres de l’ADSP (Association de Défense d’usagers pour la Défense du Service Public du Pays de Luçon) pour évoquer la problématique de l’hôpital de Luçon et les fermetures récurrentes du service des Urgences. 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X