Et Maintenant !
L'été 2016, synonyme de douceur de vivre, de farniente, de plage dorée et d'enfants joyeux, s'est transformé en été de violence, d'actes de barbarie, de terrorisme au nom d'une idéologie que les plus hautes autorités de l'Eglise ont qualifié de satanique.
La vision des militaires présents dans le paysage urbain s'est banalisée jusque sur nos lieux de vacances, nécessaire mais triste tribut à payer pour notre sécurité. Merci à tous ces hommes et femmes des services de sécurité, de secours et de prévention qui assurent notre protection.
Violence climatique de cet été caniculaire qui fait le bonheur des vacanciers, mais le désespoir de nos agriculteurs. Notre agriculture, l'un des fleurons de notre économie mise à mal par la sécheresse, les coûts de production et les normes.
La violence des mots également, ceux en réponse aux attaques que nous subissons, mais qui ne résolvent rien sinon qu'ils marquent notre impuissance devant l'aveuglement.
Elle se retrouve aussi dans les phrases assassinent, les anathèmes qui ponctuent les discours de nombre de dirigeants politiques alors que nous avons besoin de décence, de sang-froid, de cohésion pour faire face aux menaces qui planent sur notre pays. 

Ce ne sont pas seulement les menaces terroristes qui nous préoccupent mais la crise économique, le chômage qui jette des milliers d'êtres humains dans la détresse et la précarité, et la dette qui plombe nos finances publiques.
Face à ces diverses menaces le Sénat s'est investi dans l'examen des textes proposés que ce soit la prolongation de l'état d'urgence, le renforcement de la sécurité et la protection des citoyens. Avec le souci de garantir les libertés et de donner aux autorités exécutives et à l'autorité judiciaire les moyens de mettre en oeuvre la politique de lutte contre le terrorisme.

Et maintenant ! Le débat politique du trimestre à venir va être fortement impacté par les primaires. Primaire de la droite, primaire de la gauche ! Sans compter les multiples candidats électrons libres qui vont présenter leur candidature à l'élection présidentielle. Espérons que le niveau du débat va s'élever et que de véritables programmes, ambitieux mais réalistes, seront proposés aux Français.

Il n'y a pas d'Homme Providentiel dans le paysage politique français. Seule une équipe animée d'une véritable volonté d'agir, avec abnégation et le seul souci de sortir notre pays du marasme pourra présenter un candidat crédible, incarnant les espoirs et les attentes de nos concitoyens et éviter de basculer dans les extrêmes.
En attendant le travail parlementaire ne sera pas mis entre parenthèse. Nous sommes dans l'attente des propositions gouvernementales de réforme de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) fortement sollicitée par les élus communaux, et sans cesse repoussée.

En débat également le texte sur l'égalité et la citoyenneté où se retrouvent pêle-mêle le parcours citoyen généralisé, la généralisation du service civique et la réserve citoyenne, les dispositions d'accompagnement des jeunes dans leur parcours vers l'autonomie, la mixité sociale et l'égalité des chances dans l'habitat. Encore un de ces textes fourre-tout issu de la pression des événements.

Combien plus impactant sera l'examen du projet de Loi de Finances pour 2017 et celui du Financement de la Sécurité Sociale. Il est à craindre que les effets d'annonce de réduction quasi miraculeuse du déficit de la Sécurité Sociale masquent plus des transferts de rubriques comptables qu'une véritable amélioration.
Mais à l'approche de 2017 il est vrai que tout s'améliore, les impôts vont diminuer, comme le déficit visé supra, le chômage se réduit, malgré ces belles annonces, les Français demeurent dubitatifs.

La situation internationale ne s'améliore pas, et ce sur tous les terrains, le Moyen orient, l'Afrique, ou l'Amérique qui est suspendue à son élection présidentielle, sur fond de violences policières. Le résultat en est attendu par tous, et les mouvements populistes européens en attendent un signal fort pour déferler. Hélas, yes they can ! Plus proche de nous les leçons du Brexit ne sont pas encore toutes tirées, la crise provoquée par le drame des réfugiés ne trouve pas de solution totalement satisfaisante, la refondation de l'Europe en reste au stade des voeux pieux.

L'heure ne devrait pas être aux déchirements, aux combinaisons d'appareils ou de personnes, sinon le risque est grand d'être confronté en 2017 à l'heure des déconvenues.
L'heure est au contraire à la réflexion, à l'union, à l'élaboration de programme réaliste et réalisable pour redonner confiance aux Français dans la politique et éviter la désespérance.

Avec mes collègues de l'UDI nous mettrons toutes nos forces, toutes nos convictions pour faire valoir nos valeurs, notre humanisme, notre idée de l'Europe et oeuvrer pour une alternance afin d'aider la France à sortir de l'ornière dans laquelle elle ne cesse de s'embourber. Il faut en avoir le courage. 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X